Corse, île de Beauté

Corse, île de Beauté

 L’été arrive.

La perspective des vacances aussi, même si elle reste incertaine.
Où partir sans quitter nos frontières ? Faire marcher notre économie, nos petits commerces, nos petits producteurs ?

Un seul endroit bien sûr me brûle les lèvres, un de mes voyages préférés, tant et si bien que j’y retourne avec un plaisir sans bornes chaque été depuis 2017.

Mon île de Beauté, mon île paradisiaque : la Corse.

Beaucoup ne connaissent pas sa beauté inégalée.

Entre mer et montagne, une perspective magnifique où tout est local : la charcuterie, les fruits, les légumes, les fromages…
Je vous dis brocciu, pêche locale, liqueur de myrrhe, coppa, longzhu, rosé Fiumicicoli … Mais je vous dis aussi randonnées, plongée et eau turquoise, excursion en bateau, farniente, canyoning, baignade en rivière, patrimoine culturel …

La Corse regroupe un monde en son sein.
Il conviendra à tous, petits et grands, de tout âge, et selon les envies.
Je vous ai préparé un condensé de mes jolies destinations en Corse du sud. Entre terre et mer, j’ai encore mille expériences à vivre sur l’Ile de Beauté, que je dois, normalement retrouver dès fin juillet de cette année. Ce sera une découverte plus dans les terres et les montagnes que nous inaugurerons. Je vous laisse découvrir mes coins, et parfois des lieux méconnus, réservés aux locaux, loin des touristes et de la foule.

Vues du Ciel

Départ de Bruxelles-Charleroi sous un ciel souvent grisonnant, pour apercevoir par le hublot de Air Corsica les premières côtes corses.

Propriano, le cœur.

Car c’est là où tout commence.
C’est la première ville corse où j’ai mis les pieds.

Une petite bourgade dans le golfe de Valinco. 
Mon coin préféré : le port bien sûr, car c’est là où le coucher de soleil est le plus beau.
C’est aussi le port d’attache quand nous partons en mer.
Et qui dit port d’attache, dit beaucoup de sentimental dans ce lieu.


Et quand on arrive en Corse, il est coutume de s’offrir une petite bière locale à la châtaigne bien fraîche, une Pietra qui sera encore meilleure perchée sur le pont avant d’un bateau.  

Des ruelles pleines de charme, des couchers de Soleil à couper le souffle, des restaurants en bord de mer …

Elle est douce la vie à Propriano.

Ici, soupe de poissons et poisson du jour au Terra Cotta

J’ai pu passer des heures à photographier le phare de Propriano, pour avoir cette photo.

Et bien sûr, la mer, ses vagues, vue sur les montagnes …

Les levers de Soleil sont aussi beaux que ses couchers.

Et pour les amateurs de bonne bouffe, de qualité supérieure à prix incroyables, je ne peux que conseiller cette adresse : Chez Antoine, à Olmeto, juste  10 minutes de Propriano.

Viande de qualité, 100% corse, le petit vin local, tout y est excellent. C’est notre passage obligé avant de rentrer dans notre bon vieux Lille. Saveurs et ambiance garanties : en plus de manger comme des rois, vous êtes accueillis sans chichis.

Sartène

Accrochée à 300 mètres d’altitude, cette cité moyenâgeuse prône fièrement sur l’éperon rocheux du Pitraghiu

Sartène possède un domaine de 2600 hectares de vignes bénéficiant de l’appellation AOC. Petit conseil à ce sujet : commandez un Fiumicicoli rosé pour l’apéro !

Pour en revenir à sa ville pittoresque, on s’y ballade une après midi, on se prélasse en terrasse, on emprunte ses ruelles fraiches à l’ombre des bâtiments d’époque.

On admire la vue et on reprend son scooter avec l’air chaud qui s’engouffre dans le casque et la dolce vita sur la peau.

Petit conseil  : si vous êtes dans le coin de Sartène, n’hésitez pas à faire un saut aux Bains de Caldane. Une expérience thermale dans des eaux sulfureuses à 37°. Moment de détente garanti !

Funtanaccia & Tizzano

On reste encore dans les terres et, pour les férus de néolithique, je vous présente le site de Funtanaccia.

La Corse offre vraiment des surprises : vous randonnez sur un plateau qui vous semble d’un autre continent.
N’oubliez pas vos chapeau et bouteille d’eau : il fait très chaud dans la maquis.
Vous marcherez au fil des mégalithes qui sortent de terre.

Jusqu’à arriver face à cette « Forge du Diable », témoin d’une époque lointaine aux traditions perdues.

Et après cette randonnée historique, on peut aller se rafraichir à Tizzano, non loin de Funtanaccia.

Un petit coin de mer turquoise, bien que déchaînée quand nous y avions mis les pieds.

Deux destinations à faire sur une journée pour un dépaysement garanti : entre plateau aride d’un autre temps et escale enchantée.

La Corse par la mer : escale à Campomoro

Larguez les amarres, on part en mer !

C’est parti pour l’aventure, nous partons en famille vers l’horizon.

Je vais vous détailler quelques destinations à voir par la mer ou par la terre, à commencer par Campomoro, voisine côtière de Propriano.

Si vous observez bien, on voit très bien la tour génoise qui surplombe Campomoro, que nous allons visiter.
Petite minute d’histoire : les tours gênoises sont d’anciennes forteresses de défense. Aujourd’hui, on ne compte plus que 67 tours qui tiennent debout, face à la mer.
En cas d’attaque, les gardiens étaient chargés d’avertir les alliés par un feu, placé au sommet de la tour. L’alerte passait alors de tour en tour, chacune allumant à son tour un feu, pour prévenir la suivante. Grâce à cette technique, elles érigeaient une défense imparable sur des milliers de kilomètres de côtes. Elles ont été construites début du XVIème siècle, quand la Corse était envahie par la République de Gênes.
Pour les cinéphiles, dans Le Seigneurs des Anneaux, ce procédé est utilisé pour donner l’alerte en cas d’envahisseurs.

Un petit café face à la mer et on part pour l’ascension de la tour gênoise qui nous offrira un panorama magique de la baie.

La baie calme et protégée de Campomoro face à la mer déchaînée à la merci du vent.

Une crique sauvegardée : Arbitru

Reprise de la mer direction ma crique préférée, Arbitru.
Un petit coin de paradis avec une eau bleue lagon, loin de tout, loin du bruit, loin du monde.

On passera devant Roccapina, sa tour génoise et son légendaire Lion Couché (qu’on voit tout à droite de ma photo).
Photo prise de la montagne, d’un point de vue panoramique offrant une vue splendide.

Je sais qu’on se rapproche de notre destination, quand j’aperçois la tour génoise devant la montagne.

Et nous voilà arrivés dans un premier paradis.

Et toujours mon amour sans bornes pour les couchers de soleil sur la mer

Et bien évidemment, mon activité préférée quand je vois cette eau turquoise et cristalline et ses bancs de sable blanc, c’est d’enfiler mes palmes et mon masque et de passer mes journées dans l’eau, au milieu des oblades, raies, étoiles de mer, petites poissons en tous genres.

Je vous partage cette vidéo de ma rencontre avec cette jolie raie. Filmée avec ma partenaire, ma GoPro. 

D’autres s’adonnent à la pêche, armé de patience.

Détente, silence, clapotis des vagues sur la coque.
Mer calme.
On se ressource.
On respire.
On revit.

La cité de Bonifacio

Ici vue de la mer, c’est cependant à pied que j’ai adoré flâner dans cette cité médiévale. 

Nous avons commencé notre visite par les escaliers du roi d’Aragon, hauts de 187 marches, taillés à même la falaise, et tombant à pic dans la mer.
Impressionnant.

On suit alors la falaise, au plus près de l’hypnotisante mer qui vient rompre la houle sur les parois de granite blanc.
Ceux qui ont le vertige s’abstenir !

On poursuit ensuite entre les ruelles de la cité, le bastion de l’Étendard datant du XIIIe siècle, le vieux port, les falaises de granit blanc qui s’étendent sur des kilomètres …

Le paradis : Santa Giulia

En direction de Porto Vecchio, c’est au paradis que nous allons jeter l’ancre.

Une splendeur : Santa Giulia. Mon coup de cœur absolu.
Les superlatifs manquent. Tu as l’impression d’être au milieu des Maldives (qui n’ont d’ailleurs rien à envier à la Corse).

Finalement, la Corse est pour moi forte de sentiments. C’est en toute subjectivité que je vante sa beauté.

Les nuances de bleus et de verts sont saisissantes, hypnotiques.

La plage est accessible par la route, au milieu des propriétés privés de célébrités.
Attention cependant, cette plage reste très prisée des touristes.

Mais si vous pouvez, louez un zodiac au port le plus proche, par exemple ici , pour découvrir le Golfe de Santa Giulia sous autre angle, celui de la mer.
Permis bateau obligatoire si vous voulez naviguer seul. Pour ma part, j’ai passé mon permis bateau côtier avec Natic Océan et ce fut une réussite.
Et pour le petite anecdote, à l’obtention de mon permis bateau, j’étais la seule femme de la salle : mesdames, n’hésitez pas. La navigation n’est pas réservée qu’à Monsieur.

Et comme un plaisir n’arrive jamais seul, c’est à Santa Giulia que je vais réaliser mon initiation de plongée bouteille avec ma belle-maman.

Un lieu idyllique.
Mais pour autant, en 2017, j’étais phobique de la profondeur, de la mer, de ses inconnues.
Petit à petit, ma belle-famille m’a apprivoisée, appris, rassurée, et en 2018 j’ai su aller au delà de mes craintes irrationnelles pour réussir ce défi personnel.

Et une fois que tu goutes à cette liberté, tu ne t’arrêtes plus.

Santa Giulia est réellement mon coup de cœur si vous aimez les paysages de rêve, accessibles, où vous pouvez faire du paddle, du snorkeling, profiter d’un panorama magnifique, d’une eau cristalline.
En bateau pour quelques nuits, en escapade zodiac d’une journée, sur la plage, c’est un panorama à découvrir.

Rondinara & Cupabia

La baie de Rondinara, avant Santa Giulia, là aussi éblouissante, avec sa longue bande de sable. Une baie toute ronde, proche d’un camping mais réservé à quelques privilégiés. Vous pouvez accéder à cette merveilleuse petite crique par un sentier sinueux.

Loin de la foule, vous trouverez ici un petit îlot de paix.

Salade de poulpes fraiche, spécialité du coin pour l’apéro …

A Rondinara, un restaurant vous accueillera les pieds dans le sable, avec à la carte, évidemment, des poissons fraichement pêchés : Chez Ange.

Et retournons du côté de la Baie de Valinco, près de Propriano, pour une escale à Cupabia.
Ici, plage accessible pour tous. Et un petit conseil : la paillotte de plage qui propose des glaces bio à la pastèque … Une tuerie. J’y retournerai bien juste pour ce petit plaisir les pieds dans l’eau.

Et l’aventure continue …

Une île pleine de ressources, de merveilles à découvrir que je ne me lasse pas d’explorer, chaque année depuis 2017.
Une préférence non discutable pour la mer, même si lors de notre prochaine visite, nous tenterons les canyoning et randonnerons plus dans les terres et les montagnes.
Une destination magnifique, française, authentique.
Et non, les corses ne sont pas agressifs. Etre respectueux du terroir, du savoir faire, de la culture corse et tout se passera pour le mieux, comme partout.

Et j’en profite pour remercie  ma belle-famille qui m’a fait découvrir ce bijou du monde et permis de vivre des moments au-delà de ce que j’aurai pu imaginer.
Ils m’ont transmis l’amour de cette terre, de ses paysages, de sa charcuterie (ahah !).
L’amour de la mer, des belles choses, des beaux lieux, des moments simples.
Et je ne serai jamais assez reconnaissante pour ces souvenirs inoubliables…
Anne & Fabrice : cette article est pour vous.

Et vous alors ? Ca y est, vous avez réserver votre voyage en Corse ?
N’hésitez plus.

Répondre à Estelle Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *