C’était l’Elite

C’était l’Elite

Ils avaient tout donné l’année dernière.
Alors en Division II, les Vikings de Villeneuve d’Ascq, équipe de football américain, avaient crée la surprise après une saison magnifique qui leur a permis de monter dans la plus prestigieuse division française de leur sport : l’ELITE.

On se rappelle de cette émotion, quand, en plus d’avoir la certitude de monter en division supérieure, ils ont remporté le titre de Champions de France. C’est le Casque d’Or qu’ils soulèvent à l’unisson.


Des larmes, des sourires.
Public, bénévoles, coachs et joueurs partageant ce moment de grâce. Car nous savons que les joueurs, durant toute la saison, se sont donnés corps et âme pour ce moment, leur moment.

Cette année était leur année. Leur victoire. Leur fierté.
Fièrement, ils ont porté leurs couleurs dans cette difficile bataille qu’allait être la division ELITE.

Rencontrer les meilleurs joueurs du territoire français, mais aussi des joueurs internationaux du Canada, d’Allemagne, des Etats-Unis.

Je les suivais, bien sûr, dans cette épopée qui marque l’histoire d’un club que rien n’arrête, même quand personne ne croit en sa valeur.

Cette saison a débuté par une victoire à l’extérieur, Evry, chez les Corsaires.

J’ai recommencé ma série de photos en noir et blanc ce soir-là, que j’ai continué jusqu’aux derniers instants, en parallèle des reportages de matchs, plus classiques diront nous.

Voici mes images, mes clichés, comme pour leur rendre hommage.

Des clichés qui sont en réalité, très personnels.
Ils sont ma vision, ma proximité, mes ressentis.

Ici je fais fi de la technique pour plus de sensibilité. Peu de lumière, plus de recherche, plus d’intimité.
Sans fioritures, sans chichis.
Des clichés authentiques, à l’image de ces joueurs.

Joueurs, coachs, portraits, plans plus larges, détails, j’essaye de tout balayer pour recréer une histoire.

J’aime ces ombres, cette lumière qui vient sculpter un corps, exacerber une expression, dévoiler un regard ou un sourire.
Elle laisse deviner, imaginer, entrevoir.

Tout en douceur, mais aussi tout en intensité.
Sous la pluie, pendant le huddle, sur la touche ou face au ballon.

Un trait de lumière pour beaucoup d’histoire.

C’est avec beaucoup de nostalgie que je regarde ces images, ces gueules d’athlètes, de sportifs, de coachs, de passionnés.

Leur saison a, comme le monde entier, été suspendue.
Comme si elle n’avait pas existée.
Pourtant, à toi, Viking qui lit mes quelques mots, grâce à ton travail, ta détermination, ton acharnement, au don de soi, qui t’ont permis d’arriver à ce niveau de compétition, sois fier de ce parcours qui à jamais restera gravé.
Tous les supporters présents pendant les rencontres, à domicile ou loin de chez nous, les bénévoles, le staff, les petites mains dans l’ombre sont fiers de vous.
De toutes les émotions procurées pendant chaque match.

Des questions persistent, quant à la reprise la saison prochaine.
Mais peu importe, nous serons là.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *