Une histoire photographique avec Sandrine

Une histoire photographique avec Sandrine

Il est des histoires d’amour, des histoires d’amitié. Des coups de foudre. Et bien, avec la pétillante Sandrine, comédienne et éducatrice spécialisée, c’est de cela dont je vous parle ici.

Rencontrée sur les bancs de notre formation commune (pour faire court), elle m’a toujours, toujours, TOUJOURS suivi dans mes aventures photographiques, mes projets, mes tests.

Toujours bienveillante, réconfortante, elle était là à mes débuts.

Et elle est encore là aujourd’hui.

Je vous parle d’évolution aussi. Dans nos vies, nos carrières, dans mon travail en photo et encore cette immuabilité entre nous.

Voici un petit historique de notre histoire, en images bien sûr.

2012

 

6 janvier 2012
« La Mare à Goriaux »

 

 

 

 

 

 

 

 

A l’époque de mon pseudonyme BQM ‘Graphies, et surtout de mes premières images, elle acceptait les yeux fermés de poser par un froid hivernal, pendant l’heure dorée.


 

7 juillet 2012

Et on continue de remonter le temps avec le projet « Fleur de Femme », qui date aussi de 2012, mais cette fois ci au mois de juillet.

Backstage 2012

Je faisais poser mes modèles avec des fleurs.

Oui curieuse idée

Mais : Non, je n’ai pas honte de mes projets, même les tous premiers. Je les regarde avec nostalgie, pensant à l’époque avoir eu une idée révolutionnaire.

 

Et toujours le soutien de Sandrine et de ses beaux yeux bleus.

 

 

 

 


Ah, mes premiers pas en studio. Premiers pas en noir & blanc. Un projet autour des tatouages. Toujours en 2012 (grande année visiblement ! )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce sont en fait mes toutes premières images de ce qui me caractérise aujourd’hui : une portraitiste authentique.

Mais comme dans tout domaine, il faut bien commencer quelque part. J’ai commencé au niveau zéro, pour aujourd’hui m’épanouir dans ce que je fais. Et Sandrine fait partie de mon évolution, de mes progrès.


2013

Mes services de photographe reporter (dans ses débuts) lors de l’inauguration de l’association humaniste dont Sandrine faisait partie.

31 mai 2013

2013 aura été marquée par un projet en lien avec la lutte contre le cancer du sein, que j’ai crée, très simplement, et dont bien évidemment Sandrine a fait partie.

« Quand les femmes ne rougissent pas d’être belles ». Des images pour sensibiliser les femmes, parler de féminité, d’amour. Pour prendre soin de soi et des autres, de penser et inciter à se faire dépister.

La participation de Sandrine :

« Quand les femmes ne rougissent pas d’être belles » – Octobre 2013

 

 

Beaucoup de simplicité, de touches symboliques en lien avec la cause représentée.

Je me rappelle d’avoir photographié des femmes tout le long du moins d’octobre 2013. C’était totalement incroyable, et totalement épuisant !

Mais terriblement intense. J’y ai fais des rencontres qui encore aujourd’hui marquent mon présent.


2016

Quelques années plus tard, le grand retour de Sandrine en 2016 devant mon objectif lors d’un projet autour des comédiens. Une forte envie de travailler le mouvement, l’expression.

La vie m’a mené sur la métropole lilloise, où nous sommes retrouvées pour partager un moment de rires, de confidences.

De nouveaux portraits en noir et blanc, avec toute mon évolution et mon amour du détail.

Changement radical pour toutes les deux, mais une énergie toujours partagée. Comme un lien solide que ni le temps ni la distance ne fragilise.


2019

Et nous re-voilà, dans un autre chapitre de notre histoire photographie toutes les deux pour marquer encore un peu plus notre vie, nos changements, nos évolutions.

Une carrière de comédienne qui prend de l’ampleur, une vie qui s’envole, et pourtant toujours la même humanité, la même force, la même authenticité.

Sandrine est venue, une fois de plus, partager un agréable moment devant mon objectif. On boit du café, on rit, on bavarde, on fait le point.

Par chance, on avait eu du soleil ce jour là. Il faisait doux. C’était une journée parfaite.

Et quelques images sorties de capteur, brutes, de cette journée presque hors du temps.

Voici qui est Sandrine, comédienne sous le pseudonyme Denver, amie et joyau.

 

 

Et ma conclusion de ce charmant article, qui a plus de valeur pour moi que d’utilité pour vous est : que cette petite chose complexe qu’est un appareil photo, m’est aussi indispensable que le pinceau pour le peintre.

Je raconte des histoires, des vies, des changements, des moments. Je raconte des visages, des émotions, des rires et des éclats dans l’œil. Je rencontre des personnes formidables qui ne croisent ma route que grâce ce petit objet. Et j’ai bon espoir aussi, que ma simplicité et ma bienveillance le permettent aussi.

 

Et quand je fais le compte, toute cet évolution, tous ces tests, ces essais qui me permettent de réaliser aujourd’hui, 9 ans après avoir commencer la photographie, de faire des images de qualité qui me rendent fière, bien qu’encore beaucoup de travail reste à faire.

 

Je vois les années passer et pour autant, toujours cet amour partagé, cette attention que vous me portez, votre soutien. Et cette histoire avec mon incroyable Sandrine, j’en ai d’autres aussi à vous raconter.

Des vies.

Les vôtres peut-être. Mais surtout la mienne.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *